Suivez nous sur
Activités aquatiques

Les Espèces Protégées

 

Consciente de l’incroyable richesse sousmarine et du patrimoine unique qu’elle possède, la Polynésie est soucieuse de son environnement. Elle est particulièrement dynamique dans le domaine de la protection des espèces menacées et des récifs coralliens. Tahiti et ses Iles sont ainsi devenues officiellement depuis mai 2002 un sanctuaire pour les mammifères marins. Il s’agit également de l’un des seuls pays au monde qui protège sa population de requins, en danger dans de nombreux pays en particulier pour la pêche aux ailerons. Les tortues sont également protégées par la loi. La Polynésie représente 12 800 km des récifs coralliens et leur évolution est mesurée chaque année dans les îles les plus développées afin de s’assurer de leur bonne santé.

 

LES BALEINES (nom tahitien : Tohora)

Baleines de polynésie française - Protection des especes sous marines

L’éternelle migration

Chaque année entre juillet et novembre, les baleines à bosse (megaptera novaeangliae) migrent des eaux glaciales d’Antarctique où elles se nourrissent vers les eaux chaudes de Polynésie, près des îles. Un lieu de prédilection pour mettre au monde leurs petits et se reproduire, à l’abri de leurs prédateurs. Adultes, elles mesurent en moyenne de 15 à 18 mètres de long et leurs nageoires pectorales peuvent atteindre 5 mètres de long. Elles leur confèrent une grâce unique sous l’eau. Le bébé, quant à lui, mesure environ 4.50 mètres à la naissance. Il peut grossir de 100 kg par jour durant la première semaine de sa vie, sa mère possédant le lait le plus riche du règne animal. Sanctuaire de cétacés depuis mai 2002, les baleines sont protégées en Polynésie et leur observation est réglementée. 

Où les observer ?

Bien qu’elles soient présentes autour des différentes îles de Polynésie, Rurutu est réputée pour être appropriée à cette activité. Vous pourrez partir à la découverte de ces géants de la mer avec un guide expérimenté, possédant une autorisation du Ministère de l’Environnement local pour effectuer l’observation de baleines. 

Comment les observer ?

Les cétacés considèrent les bulles comme un signe d’agression. La plongée n’est donc pas un moyen adapté de les rencontrer. Aussi, vous aurez peut-être l’opportunité de vivre l’un des évènements les plus mémorables de votre existence, en chaussant vos palmes, masque et tuba. L’observation dans l’eau n’est possible que si la phase d’activité des baleines le permet. Votre guide saura le déterminer. 

LES DAUPHINS (nom tahitien : Ou'a)

Dauphins de Polynésie française - Protection des especes sous marines

Sanctuaire de cétacés, la Polynésie protège la douzaine d’espèces de dauphins présente toute l’année évoluant dans ses eaux. Ces mammifères marins, si proches de l’homme, évoluent autour des différentes îles de Polynésie. Tout comme nous, ils donnent la vie, allaitent leurs petits et respirent de l’air. Leur mode de communication est extrêmement évolué. Au cours de votre séjour, nul doute que vous soyez amené à croiser leur chemin… Trois principales espèces sont faciles à observer selon les îles : les dauphins tursiops (tursiops truncatus), les dauphins à long bec (stenella longirostris) et les dauphins sténo (steno bredanensis). 

LES REQUINS (nom tahitien : Ma'o)

Requins de Polynésie française - Protection des especes sous marines

Parmi les 350 espèces de requins connues dans le monde, 19 d’entre elles peuvent être visibles autour des îles de Polynésie. C’est l’endroit idéal d’observation pour les plongeurs de tout niveau. L’endroit idéal aussi pour démystifier l’image parfois négative que portent ces animaux auprès du grand public. Dix neuf espèces sont recensées en Polynésie, dont les fameux les requins à pointes noires (carcharhinus melanopterus – nom tahitien : ma’o mauri), les requins gris (carcharhinus amblyrhynchos - nom tahitien : raira), les requins citrons (negaprion acutidens, nom tahitien : arava) et les requins marteaux (sphyrna lewini ou sphyrna mokarran - nom tahitien : ma’o tuamata). 

Le ma'o chez les anciens Polynésiens

Alors que depuis l’Antiquité et jusqu’à aujourd’hui dans nos sociétés occidentales, ils sont représentés souvent comme des monstres assoiffés de sang, les anciens ma’ohi vivaient en harmonie avec eux. Les requins représentaient une icône protectrice dans laquelle l’esprit bienveillant d’un ancêtre familial s’était réincarné. 

Un élément essentiel à l’éco-système des océans

Les requins se trouvent pour la plupart au sommet de la pyramide alimentaire. Qu’ils soient prédateurs (régulateurs de population), nettoyeurs ou filtreurs, leur rôle est essentiel dans les océans pour réguler les éco-systèmes. Apparus il y a environ 400 millions d’années, ces poissons sont extrêmement évolués et parfaitement adaptés à leur milieu. Sans prédateur pendant des millions d’années, leur mode de reproduction est long et peu efficace. Aussi, la gestation d’une femelle, selon l’espèce, est de 4 à 24 mois avec une fécondation possible tous les deux ans environ. 

Sont-ils menacés ?

La pêche intensive, la pollution, la pêche pour leurs ailerons sont autant de facteurs de menaces qui règnent sur eux. Certains scientifiques estiment que plus de 150 millions de requins sont massacrés chaque année et certaines espèces sont aujourd’hui en danger d’extinction. C’est pourquoi, la Polynésie a voté une loi en 2006 pour les protéger.. 

Le Nourrissage de requins ou «Shark feeding »

Cette pratique a permis de faire connaître les requins et de démystifier leur mauvaise réputation. De nombreux clubs de plongée des îles hautes pourront vous proposer d’aller découvrir ces animaux majestueux sur des sites réglementés aux abords des pentes récifales externes.. 

LES TORTUES (nom tahitien : Honu)

Tortues de Polynésie française - Protection des especes sous marines

Deux principales espèces de tortues sont présentes en Polynésie et peuvent être facilement observées sur certains sites de plongée. La tortue verte (chelonia mydas) doit son nom à la couleur verdâtre de sa graisse. La femelle atteint l’âge adulte entre quinze et vingt ans, elle peut mesurer 1 m 50 et peser pratiquement 200 kg. Les juvéniles sont carnivores mais, adultes, elles deviennent herbivores. Plus petite, la tortue à écailles ou imbriquée (eretmochelys imbricata) peut atteindre une taille de 90 cm pour 90 kg. Carnivore, on la croise souvent sous l’eau en quête de petites éponges qu’elle attrape en soulevant des cailloux à l’aide de ses nageoires antérieures. Avec un mode de reproduction peu efficace (ovipare) et une maturité sexuelle tardive, des sites de ponte qui se raréfient à cause de l’activité humaine, les filets dérivants et leur chasse, les tortues sont aujourd’hui menacées d’extinction dans le monde. De nombreuses actions de sensibilisation sont menées en Polynésie pour les préserver. 

LES RAIES (nom tahitien : Fai)

Raies de Polynésie française - Protection des especes sous marines

Appartenant à la famille des élasmobranches comme les requins, elles sont apparues il y a environ 150 millions d’années. Elles possèdent le même squelette cartilagineux. Elles s’en différencient, cependant, par la position des fentes brachiales qui est ventrale ou par leurs nageoires pectorales surdimensionnées soudées à la tête et servant à leur propulsion par un majestueux effet de « battements d’aile ». Tout comme les requins, les mâles sont dotés de deux appendices sexuels, appelés ptérygopodes. En Polynésie, on peut trouver facilement trois espèces de raies : les raies grises ou pastenagues ou armées (himantura fai – nom tahitien : fai i’u), la raie léopard (aétobaus narinar – nom tahitien : faimanu) et la raie mantas (manta
birostris – nom tahitien : fafapiti). Deux autres espèces de raies mantas sont également visibles, himantura sp. aux Marquises et mobula tarapacana, une espèce pélagique qui lui ressemble et que l’on peut croiser dans les Tuamotu, Gambier et Marquises.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En savoir plus. 

close