Suivez nous sur
Culture

L'art de vivre polynésien

"Ia Orana", "Maeva" et "Manava"... C'est par ces trois mots de bienvenue que les Polynésiens vous accueillent.

Capitale de la Polynésie française
© JOLY

Cette hospitalité légendaire se retrouve symboliquement, dès l’arrivée, par des chants accompagnés à la guitare et au ukulele, et le cadeau d’une fleur de tiare, emblème de Tahiti et ses îles au parfum si subtil. Les voyageurs ou amis attendus sont couronnés de colliers de fleurs multicolores en signe de bienvenue ou pour témoigner de la joie des retrouvailles.

Fier de ses îles, le polynésien est heureux de partager sa joie de vivre naturelle avec ses hôtes. Une joie de vivre qu’il exprime par la danse et la musique sous toutes ses formes, des chants polyphoniques de groupe à la musique sacrée religieuse, en passant par le rythme des percussions des pahu et toere, instruments traditionnels, ou encore par l’harmonie des guitares et ukulele qui animent les orchestres locaux... Une joie de vivre qu'il exprime également à travers ses loisirs et ses passions, comme la pêche, le surf et la pirogue traditionnelle, ou va'a, sport emblématique de tous les archipels.

> Lire aussi: Un patrimoine d'exception

Témoignages du passé

Bougainville (1768) « Le caractère de la nation nous a paru être doux et bienfaisant. Il ne semble pas qu’il y ait dans l’île aucune guerre civile, aucune haine particulière, quoique le pays soit divisé en petits cantons qui ont chacun leur seigneur indépendant. Il est probant que les tahitiens pratiquent entre eux une bonne foi dont ils ne doutent point. Qu’ils soient chez eux ou non, jour et nuit, les maisons sont ouvertes. Chacun cueille les fruits sur le premier arbre qu’il rencontre, en prend dans la maison où il entre. Il paraîtrait que, pour les choses absolument nécessaires à la vie, il n’y a point de propriété et que tout est à tous… »

James Morrison, second maître à bord de la « Bounty »  (1789) « Les jeunes femmes portent les cheveux longs, tombant en ondulations jusqu’à la taille et décorés avec les feuilles blanches (hinano) du fara (pandanus) ainsi qu’avec des fleurs parfumées. Elles font également des colliers avec les graines du fara et avec des fleurs joliment disposées ce qui est non seulement très seyant mais constitue un bouquet parfumé pour elles-mêmes, ainsi que pour tous ceux qui sont assis près d’elles. Dans l’ensemble, ce sont les plus belles femmes que nous ayons vues dans ces mers… »


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En savoir plus. 

close